RSS

Archives de Catégorie: Articles

Le lièvre et la tortue

Le lièvre et la tortue

Le Lièvre et la tortue
Par Gary Kim & Mathieu Leyssenne
Chez Purple Brain Creations – 2014

(Voir la fiche sur Tric Trac)

Vous connaissez l’adage : « Rien ne sert de courir, il faut partir à point ! »
C’est ainsi que le lièvre, agacé de cette honte séculaire, souhaite organiser une nouvelle course (et puis autant qu’il le faudra d’ailleurs) afin de lever l’affront. La tortue, glorieuse mais pas fanfaronne pour un sou, ne voit pas d’inconvénient à la chose. Après tout, ça lui dégourdira les guiboles. Le renard, par la course alléché, vient se joindre à la fête. De même que l’agneau qui courrait par ici et qui voyait par là l’occasion de temporiser, le loup toute langue pendue à ses trousses…

Cinq joyeux animaux qui le temps d’une course, ou deux, voire trois… vont essayer tour à tour de prendre le dessus sur les autres jusqu’à franchir la ligne d’arrivée.
Bien sûr, à chacun ses atouts et ses travers :
Le lièvre est rapide mais il arrive qu’il s’endorme… surtout quand il sait que c’est gagné d’avance…
La tortue avance lentement… mais sûrement,
Le loup hurle parfois pour faire peur à tous les animaux, qui du coup n’osent pas bouger (1, 2, 3, soleil HouuuOuuuuuu !),
Le renard, qui a de grandes jambes, dévale la piste comme une fusée,
L’agneau, habitué à courir (ou plutôt de fuir à toute vitesse), n’est jamais le dernier quand il s’agit de se surpasser… mais ça donne sacrément soif, alors il s’arrête boire à la rivière.

Le lièvre et la tortue

Vue d’ensemble.

Dans les faits, ça fonctionne comment ?

Première étape : on construit son plateau de jeu.
Facile, il suffit de créer une course avec les 9 tuiles réversibles (chemin droit sur une face, virage sur l’autre) et les 2 tuiles ruisseau. Bref, on fait ce qu’on veut et chaque course aura donc sa part d’originalité.

Pour bien commencer, chaque joueur recevra 7 cartes dans sa main.

Ensuite on pari sur ses chevaux animaux :
– une carte est distribuée au hasard (et cachée) et représentera l’un des paris (et vu qu’elles sont toutes différentes chaque joueur aura un pari différent),
– l’autre carte sera choisie sciemment par le joueur dans sa main et représentera son second pari (qui peut être identique au premier, oui oui ^^).

Le lièvre et la tortue

Les cartes de paris.

Les tours de jeu se suivent en toute simplicité et en deux phases bien distinctes :
– d’abord on pose : chacun son tour on dispose entre 1 et 4 cartes du même animal devant soi. La phase de pose s’arrête dès lors qu’il y a 8 cartes posées en tout sur la table (ou le tapis, ou ailleurs) ou 4 cartes du même animal (et on oublie pas de regarnir sa main à chaque fois),
– ensuite on déplace : dans l’ordre (lièvre, tortue, loup, renard et agneau)… du nombre de tuiles correspondant au nombre de cartes posées par l’ensemble des joueurs…

Le lièvre et la tortue

Le tableau des déplacements.

… Évidemment, l’idée c’est de faire gagner ses deux favoris hein !
Alors parfois, parfois, on sera bien obligés de se défausser de cartes qu’on a pas envie de jouer (forcément), histoire de refaire un peu sa main. Mais ne croyez pas que l’agneau ou le renard vont gagner parce qu’ils vont plus vite pour autant. Que nenni, chaque joueur fera bien attention et veillera avec assiduité à placer un hurlement de loup au bon moment (le vil fourbe), voire à jeter tous ses agneaux à un pas de la rivière (sic, ils étaient donc dans sa main ?).

Le lièvre et la tortue

Voyons voir qui a gagné ?

Le lièvre et la tortue, paru chez Purple Brain Creations dans les jolis livres/boîtes de leur collection « contes », est un jeu familial rapide (sauf si on enchaîne plusieurs parties… ce qui est souvent le cas) et qui fera la joie des petits et grands, dès 7 ans.
Une variante, plus accessible mais aussi moins tactique, le rendra jouable à partir de 6 ans.

Lors des rendez-vous de l’association, les enfants ont à chaque fois jeté leur dévolu sur le jeu, enchaînant les parties avec toujours plus de plaisir. Chez nous aussi on aime y jouer et régulièrement. Le loup et la rivière sont des facteurs d’équilibre importants et contribuent grandement à l’apport tactique du jeu, point clef qui fera justement tout l’intérêt du jeu chez les plus grands.

Alors l’agneau, tout va bien ?

Le lièvre et la tortue

Hors-champs 🙂

Publicités
 
Poster un commentaire

Publié par le 11 novembre 2014 dans Articles

 

Splendor

Splendor

Splendor
Par Marc André & Pascal Quidault
Chez Space Cowboys – 2014

(voir la fiche sur TricTrac)

Splendor* est un jeu plutôt récent (fin février 2014) et probablement l’une des sorties les plus remarquées de l’année.

Tout d’abord, en attendant Black Fleet qui devrait nous amener sur les traces des trésors pirates, il s’agit du premier jeu issu de la toute nouvelle structure les Space Cowboys. Une maison d’édition qui bien que débutante peut déjà compter sur la forte renommée de ses membres fondateurs, des têtes bien connues dans le milieu ludique (Croc, Cyril Demaegd, Marc Nunes…). Tout les yeux étant braqués sur eux, il fallait que leur premier jeu soit à la hauteur de leurs ambitions : pari réussi avec Splendor !

Splendor

Le jeu dans toute sa Splendor

Le but du jeu n’a en soi rien de novateur : il s’agit de rassembler le plus de points de victoire possible, la partie s’achevant dès lors que l’un des joueurs atteint les 15 points (indiqués en haut de certaines cartes).
La mécanique de jeu en revanche est fort sympathique : il existe 5 différentes couleurs de jetons (+ l’or qui fait office de joker pour remplacer n’importe quelle couleur) qu’il faut cumuler à bon escient pour pouvoir s’offrir des cartes, qui elles-mêmes ont chacune une gemme référence qui donne accès à une couleur de façon permanente. Splendor est donc un jeu de développement dans lequel il faudra jouer finement pour bâtir la meilleure main possible.
Il est fort probable que les cartes du « 3ème étage » paraissent inaccessibles au départ mais c’est en construisant son jeu sur une base solide qu’on parvient à acheter n’importe quoi… ou presque.

Splendor

Les différents niveaux de cartes

Quatre possibilités sont offertes à chaque tour :
– prendre 3 jetons de couleur différente,
– prendre 2 jetons de la même couleur à condition qu’il y ait au moins 4 jetons disponibles de cette couleur,
– réserver une carte et la mettre dans sa main (jusqu’à un maximum de 3 cartes) en piochant un jeton « or »,
– poser une carte devant soi (présente sur le jeu ou dans sa main) en dépensant le montant d’achat indiqué.

Pour pimenter le tout, les nobles peuvent s’inviter à votre table dès lors que vous disposez d’un nombre suffisant de cartes de la bonne couleur, augmentant votre score que 3 points supplémentaires souvent bienvenus.

Stratégie ? Je dirais aussi opportunisme !
Car Splendor est un jeu de gestion où chaque joueur devra se développer en faisant en sorte que cela lui coûte le moins possible. Bien sûr il faudra aussi surveiller les développements des autres et éventuellement mettre la main sur une carte pour son propre bien tout autant que pour empêcher quelqu’un de se l’accaparer.
On ne peut pas foncièrement bloquer un joueur mais on peut toujours le chafouiner un peu… c’est bon pour le moral !

Splendor

Un jeu très orienté noir/rouge et déjà 10 points dans la besace…

On pourrait reprocher aux illustrations des cartes de manquer un peu d’originalité (elles demeurent cependant fort belles), le contenu de la boîte est tout de même plus que satisfaisant avec des jetons lourds très agréables à manipuler et un thermoformage qui permet un rangement efficace. Bref, un matériel de bonne facture.
Autre qualité et non des moindres : les règles sont expliquées en 5 minutes et compréhensibles par tous, sans pour autant enfermer le jeu dans un carcan simpliste et répétitif. Et en plus le jeu est aussi plaisant à 2 qu’à 4. Chez nous on ne se lasse pas d’y jouer.

Un tournoi de Splendor sera proposé lors des Irréelles 2014, avis aux amateurs qui voudraient tester le jeu avant !

 
Poster un commentaire

Publié par le 21 avril 2014 dans Articles

 

Shinobi Wat-AAH !

Shinobi Wat-AAH !

Shinobi Wat-AAH !
Par Théo Rivière & Naïade
Chez Purple Brain Creations – 2014

(voir la fiche sur TricTrac)

Shinobi Wat-AAH !* est ce qu’on pourrait appeler un jeu de confrontation. En bref, le but est de prouver qu’on est plus fort que les autres.
Pour ce faire, chaque joueur dispose de cartes et doit les poser devant soi pour montrer sa suprématie.
Il existe 9 familles de cartes (clans) qui ont toutes des valeurs points et des pouvoirs, qui se déclenchent dès lors qu’on les pose par paire ou par brelan. Évidemment, ces pouvoirs permettent de mettre sans dessus-dessous le jeu de vos adversaires : échange de cartes ou de mains, destruction de clans, pioche, etc.
Quelques cartes (yôkai) peuvent également être jouées en « renforcement » et disposent de pouvoirs tout aussi drolatiques.

Cartes

Photo Tric Trac

Shinobi Wat-AAH ! possède deux modes de jeu distincts mais complémentaires :

– « Petit scarabée » permet des parties rapides et fluides dans lesquelles l’objectif est de poser ses 4 clans le plus vite possible. La partie s’arrête alors et on compte les points : le plus gros score l’emporte, selon les valeurs indiquées sur les cartes posées (et la corruption… phénomène aussi pervers qu’utile qui permet de piocher plus de cartes mais qui réduit le nombre de points acquis lors du décompte).

– « Grand maître » permet d’étendre le mode de jeu avec un plateau annexe et un boss de fin. Le mode « petit scarabée » est alors joué 3 fois et permet d’obtenir et de placer des jetons (shakens ninja) sur 3 différents spots du plateau. Chaque spot amène un pouvoir et/ou permet de vaincre le boss de fin, aléatoire entre 5. Le but du jeu est alors de déterminer lequel d’entre eux doit être affronté et de placer les étoiles ninja au bon endroit pour un décompte de point final assez différent du mode premier.

Bref, Shinobi Wat-AAH ! est un jeu d’affrontement de cartes fluide et rapide qui peut se transformer selon le temps dont on dispose et le public avec lequel on joue en un jeu de placement avec un poil de stratégie.

Plateau

Photo Tric Trac

Et en plus il est joli, que demander de mieux ?

* Un tournoi sera proposé lors des Irréelles 2014 en présence de l’éditeur Purple Brain Creations.
Jeu n’appartenant pas à l’association… pour l’instant 😉

 
Poster un commentaire

Publié par le 19 mars 2014 dans Articles

 

Les aventuriers du rail (original)

Papa rouge a encore frappé puisqu’il nous a porté un nouveau jeu : Les aventuriers du rail* !

Les aventuriers du rail

Les aventuriers du rail
Par Alan R. Moon & Julien Delval
Chez Days of Wonder – 2004

(voir la fiche sur TricTrac)

Un jeu qui depuis quelques années est rentré dans les classiques et qui nous emmène sur les traces des premiers chemins de fer et notamment leur expansion aux États-Unis.
Le plateau de jeu nous fait donc visiter les grandes cités américaines et nous aide à remettre dans l’ordre notre géographie défaillante.

Les aventuriers du rail - Plateau de jeu

Les aventuriers du rail est un jeu très accessible et convivial, basé sur un système de jeu simple :
Chaque tour nous offre la possibilité entre 3 actions :
– piocher deux cartes de couleur sur les 5 visibles (ou une seule si c’est une locomotive, carte joker par excellence) ou dans la pioche (face cachée donc),
– poser un trajet sur le plateau en dépensant le nombre de cartes de la même couleur et de wagons qui vont bien (exemple : 4 cartes et 4 wagons pour un trajet de 4 cases),
– piocher de nouvelles missions.

Le but du jeu étant de rallier les villes entre elles par le réseau que vous devez construire, en suivant les indications données par vos cartes de missions (exemple : rallier New-York à Los Angeles).

Après quelques minutes de jeu, ça pourrait ressembler à ça…

Les aventuriers du rail - Partie

Si on lui préfère la version Europe (plus complète et avec des règles supplémentaires), Les aventuriers du rail dans sa version originale est plus facile à jouer et demeure un excellent moyen de passer des après-midi (ou des soirées) ludiques entre amis.


* Jeu n’appartenant pas à l’association mais mis à sa disposition.

 
Poster un commentaire

Publié par le 10 janvier 2014 dans Articles

 

Risk

Papa rouge est passé nous porter un classique que nous n’avions pas encore : Risk* !

Risk

Risk
Par Albert Lamorisse
Chez Parker – édition 2011

(voir la fiche sur TricTrac)

Pour ceux qui ne connaitraient pas, le principe est simple :
Le plateau de jeu représente une carte du monde découpée en régions. Le but est de partir à la conquête des territoires et d’en avoir le plus possible. L’objectif numéraire à atteindre pour gagner la partie dépend du nombre de joueurs.

Risk plateau

Pour jouer, rien de sorcier. On envoie ses petits soldats à l’assaut des régions voisines. On lance des dés (l’assaillant et le défenseur) et hop : soit on marche fièrement sur l’ennemi étendard bien levé… soit on se replie, tout penaud de s’être fait humilié.
Bref, un jeu de stratégie mais surtout un jeu de dés (et donc avec une bonne dose de chance).


* Jeu n’appartenant pas à l’association mais mis à sa disposition.

 
Poster un commentaire

Publié par le 26 décembre 2013 dans Articles

 

Duplik !

Un nouveau jeu mis à la disposition de l’asso* : Duplik !

Duplik

Duplik
Par William P. Jacobson & Amanda A. Kohout
Chez Asmodée – 2012

(voir la fiche sur TricTrac)

Le principe est simple : l’un des joueurs doit décrire une image avec le plus de détails possibles et les autres doivent dessiner ce qu’ils comprennent avec le plus d’imagination possible.
Une fois le sablier écoulé (et ça va très vite), on retourne la carte et on vérifie les 10 critères qu’il fallait énoncer (pour le conteur) ou dessiner (pour les dessinateurs) et on compte les points.

Vous trouvez ça Facile ?
On verra ça quand vous viendrez y jouer avec nous ! 🙂

* jeu n’appartenant pas à l’association mais mis à sa disposition

 
Poster un commentaire

Publié par le 14 décembre 2013 dans Articles